Wow, il vient de loin celui là, ça m’apprendra de vouloir faire des calembours dans chacun de mes titres. Les plus littéraires d’entre-vous, et donc les plus précaires ne nous le cachons pas, ont certainement compris que depuis mon arrivé à Babybabylone/Paname/Paris avec un nom en argot que seuls les Parisiens connaissent, j’ai forcément fait une soirée dans les tréfonds de cette ville : Châtelet  Les Catacombes.

Comment j’en suis arrivé là ? Aucune idée, tout ce que je me souviens c’est ma phrase « Tain’ ça a l’air cool dans les Catacombes, j’ai entendu dire qu’on pouvait y descendre ? » SPOILER : c’est pas « cool », on peut y descendre, et perdre pas mal de sa dignité (mais ça c’est certainement plus dû à la mauvaise relation qu’ont mon foie et l’alcool). Pour éviter ce genre de désagrément, il faut être préparé convenablement, et par convenablement, j’entends « Plus que juste 10 litres de bières et des cigarettes qui font rigoler. »

Voici donc les éléments qu’il vous faut apporter pour votre première descente; du moins voici les choses que j’aurai voulu apporté lors de ma première descente.

UNE LAMPE TORCHE FONCTIONNELLE

Parce qu’en fait sous 25m de bétons, la lumière passe moyen bien, si ce n’est absolument pas. Donc éviter de prendre une lampe torche qui déjà avant votre départ se mettait à clignoter, ça vous évitera de finir dans un stroboscope continue.

FAITES VOUS UNE GROSSE PLAYLIST HETEROCLITE

Premièrement vous êtes dans la ville où s’est vu naître le mouvement « Un Papa, Une Maman » et secondement, écouter 10h de psycho/transe ce n’est clairement pas une bonne idée pour votre santé mentale quand vous marchez entouré d’ossements avec CETTE PUTAIN DE LUMIERE QUI CLIGNOTE.

PRENEZ UN MAILLOT DE BAIN

Même si la pluie n’atteint pas le sol des catacombes, l’excitation de la visite a certainement crée des marées de cyprines à traverser.  C’est la seule explication que j’ai pour expliquer ces énormes flaques souterraines, j’étais très mauvais sur le chapitre du cycle de l’eau au collège.

16736514_10211346533196451_477921476_n

AMENEZ VOTRE CATA-DICO

Alors je ne sais pas si c’est le fait d’être continuellement dans une cave ou si la quantité de poussière qu’ils ont ingéré a bouffé leur cerveau, mais les Cataphiles ont leur propre vocabulaire qui se base sur celui de Bruce Wayne : vous prenez un mot, vous ajoutez Cata devant, voilà votre cata-voc. Donc n’oubliez pas votre cata-sac, votre cata-bière et vous éviterez la cata-strophe. Putain, j’en fais tellement de blague que je pourrai me mettre à la voile #cata-marrant #humour #2017 #PutainJeRegresse

16779842_10211346533356455_1141335184_n

NE FAITES CONFIANCE A PERSONNE

Sous terre, tout le monde se méfie de tout le monde. Les Cata-flics rôdent, les entrées/sorties se font murer si elles sont trop connus : l’information coûte chère. Alors quoi de mieux qu’un pseudo qui claque pour se faire une réputation underground ? Avec mon expérience Caramail, j’étais rôdé. Si jamais vous entendez parler des exploits de « GrosseCatinDu59 » vous saurez d’où ça vient.

Le but étant de limiter les personnes dites « touristes » (genre moi t’as vu), les Cataphiles n’hésiteront pas à vous donner de fausses infos/les pires sorties, histoire que vous revenez uniquement si vous avez vos couilles.

PRENEZ DE L’EAU

« Ahahah on fait une soirée sous terre ahahah on va prendre de la bière ahahah trop bien » Sauf que tu marches 10h, et que déjà quand je fais 20mn de marche je suffoque, monter 5 étages me fait transpirer des litres alors faire de la rando/spéléo à base de bière, c’est clairement pas une idée qui mérite le prix Nobel. Alors quand tu commences à vomir tes trips, en cata-dragon, bien évidemment, et que la seule chose pour te désaltérer est du rhum, tu commences à comprendre pourquoi les pirates avaient le scorbut.

PRENEZ UN GUIDE COMPÉTENT

Genre pas un qui te fait sauter d’un pont pour rejoindre une entrée alors que 2 mètres plus loin il y avait un escalier, pas un qui rate la-dites entrée parce qu’en fait « On m’a juste dit qu’il fallait beaucoup marcher », pas un qui n’arrive plus à lire ses propres notes au bout de 3 Leffes, ni un qui à 6h de mat’ nous sort face à un mur « Ah merde, la seule sortie que je connaissais dans le coin a été muré ».

Big Up à toi Guide aux mille et une anecdote de ces lieux, c’était quand même fun.

16788250_10211346533316454_2096316128_n

TA CLAUSTROPHILIE

Et non pas ta claustrosyphillis. Même si les petits tunnels où il faut ramper sont appelés « chattière » et qu’en tant que mec remplis à ras-bord de testostérone, un espace très étroit aurait dû m’intéresser : les chattières sont des vrais saloperies pour votre dos, vos habits, et l’architecture tout court. Par contre si vous êtes petits, vous pourrez enfin vous venger en vous moquant de vos potes qui vont se manger toutes les poutres métalliques des lieux.
J’en ai encore mal aux crânes…16753855_10211346533236452_11103358_n

UN MASSEUR

Les plafonds des couloirs faisant environ, quoiqu’il arrive et peu importe votre taille, -10cm que vous. De plus, les rares pauses se faisant sur des sièges en pierre ou en os, je peux vous dire que l’expression « Tu vas te prendre mon pied au cul » prends beaucoup de sens quand on s’assoit sur des tibias. Un masseur est IN-DIS-PEN-SABLE pour la santé de votre dos. Ou un ostéopathe, mais la légende raconte que les squelettes disséminés sous terre sont leurs anciens patients manipulés pendant leurs études.

Normalement, équipé comme ça vous pourrez survivre à votre descente. Ou au pire, vous deviendrez littéralement un pilier de bar, ça ne vous changera pas trop de votre vivant.

Kori

Illustrations par Celeste_C2PZ

Publicités